Salles d'expositions

01M U S É E D E L' I N F A N T E R I

SALLE 1
On présente ici le mouvement des Jägers finlandais (chasseurs) et celui du 27ème Régiment des Chasseurs qui ont eu lieu de 1915 aux années 1950 et qui ont mené la Finlande vers son indépendance. L'exposition montre notamment des articles ayant appartenu aux Jägers et des photos. Elle donne également un aperçu sur ce que sont devenus les Jägers après ces années-là.
 1
SALLE 2 – SALLE DES CHEVALIERS
Dans cette salle, on trouve les photos de 151 Chevaliers de l'Infanterie décorés de la croix de Mannerheim, des Officiers de l'Infanterie ayant obtenu le grade de Général, ainsi que des Inspecteurs de l'Infanterie.
 2
SALLE 3
La guerre civile finlandaise. Elle commença en janvier 1918 et se termina en mai de la même année par la victoire des troupes de l'armée. On présente ici les facteurs qui ont mené à la réelle indépendance de la Finlande ainsi que les parties de la guerre civile : les Rouges et les Blancs. L'objet le plus rare du Musée, le canon de la ville de Varkaus, est également exposé dans cette salle.
 3
SALLE 4
En 1918, la formation du contingent de la Défense Nationale commença dans des conditions inadéquates si bien qu'une formation volontaire de la Défense Nationale se mit rapidement en place au début des années 1920. Un nombre considérable de jeunes personnes se joignèrent à la Guarde Civile (pour les jeunes hommes), et à l'Organisation de Lotta-Svärd (pour les jeunes filles). La Guarde Civile offra une formation militaire variée lors d'entraînements volontaires. L'Organisation de Lotta Svärd forma quant à elle ses membres aux tâches militaires, mais aussi : médicales, de bureau, de transmission et de ravitaillement. C'est ainsi que ces deux organisations purent partir à la Guerre d'Hiver à la fois très bien équipées et entraînées.

La Finlande s'était dejà préparée depuis une vingtaine d'années à une éventuelle attaque venant de l'Est. L'isthme de Carélie fut particulièrement fortifié et les contructions se multiplièrent remarquablement en 1939. Les volontaires (hommes et femmes) participèrent courageusement aux travaux de fortifications.
L'armée n'avait fait l' acquisition d'aucun matériel et l'équipement des troupes militaires n'avait pas été renouvelé. La conception des armes, au contraire, fut développée. C'était le temps du concepteur d'armes Aimo Lahti. L'arme la plus connue de cette période de l'histoire est le : Suomi-pistolet m/31. Les anti-chars étaient surtout insuffisants.

 4
SALLE 5
Au début de la Guerre d'Hiver, l'Armée n'avait même pas d'équipement militaire personnel à distribuer à tous ses appelés. Le matériel des troupes était également limité et il n'y avait pas suffisamment de munitions. Comme armes anti-chars, il n'y avait que des charges ou des cocktails molotofs qu'on jetait sur les chars de combat pour détruire le moteur ainsi que le soldat et l' équipement qui s'y trouvaient. Pour les troupes appellées en renfort, l'arme, la ceinture et la cocarde étaient suffisants. Dans cette salle, on trouve aussi du matériel de guerre et des armes de l'Union Soviétique. La carte indique les principaux évènements survenus pendant la Guerre.
 5
SALLE 6
Paysage des combats de la Guerre d'Hiver. Les troupes Soviétiques, véhiculées, circulèrent sur les routes sans toutefois pouvoir mettre leur supériorité à profit, sauf sur l'isthme de Carélie. Les Finlandais, eux, se déplacèrent en dehors des routes et en skiant, créèrent une force supérieure et encerclèrent l'ennemi en troupes cernées.
 6
SALLE 7
Pendant la Trève, on a fait d'importantes acquisitions d'armes, surtout en matière d'artillerie lourde et de munitions. Au début de la Guerre de Continuation, l'armée finlandaise était beaucoup plus grande et nettement mieux équipée que pendant la Guerre d'Hiver. L'Infanterie possédait aussi davantage d'armes automatiques.

Le 25.6.1941, la Finlande considéra qu'elle était en guerre en raison des tirs répétés de l'Union Soviétique sur la frontière du pays. La mobilisation de l'armée avait déjà eu lieu auparavant en raison de nombreux entraînements supplémentaires.
Les répliques de l'armée de Carélie commençèrent le 10.7. au Nord du Lac de Laatokka et furent suivies des premières attaques sur l'isthme de Carélie le 31.7. Nos troupes atteignèrent leur but sur l'isthme, début septembre, et dans d'autres régions, début décembre. Pour illustrer l'offensive, on peut citer la percée du village Tuulos et le mortier lourd de 1940 qui est exposé en vitrine. Les rares photos couleur témoignent aussi des différentes phases de l'attaque et de la ville de Viipuri.

 7
SALLE 8
La Guerre de Position dura jusqu'au début de l'été 1944. Les soldats de première ligne de front habitaient dans des tranchées communiquant avec les postes de combat. La base était protégée par des mines mais également par des tireurs d'élite chargés de la surveillance. Les postes de combat etaient situés en hauteur de façon à pouvoir observer l'ennemi au périscope. On passait le temps libre à écouter la radio, à créer des objets artisanaux et à jouer aux cartes
 8
SALLE 9
Le 9 juin 1944, l'Armée Rouge Soviétique lança une offensive de telle envergure sur l'isthme de Carélie que les Finlandais perdirent cette partie du territoire en plus de la ville de Viipuri, et cela en deux semaines de temps. Début juillet, ils déplacèrent des troupes situées au Nord du lac de Laatokko vers l'isthme de Carélie pour équilibrer la situation. Le village Ihantala fut la scène de la plus importante bataille jamais connue auparavant en Scandinavie. On pu arrêter cette violente bataille, qui se déroula sur un terrain sans fortifications, grâce à la collaboration efficace de l'Infanterie, des Forces Aériennes et de l'Artillerie ainsi qu'à l'utilisation de nouvelles lance-roquettes anti-char (le Panzerfaust et le RPzB 43 surnommé « tuyau de poêle »). La situation se stabilisa en Guerre de Position, ce qui rendit possible les pourparlers de paix. Le 4.9.1944, un cessez-le-feu mis un terme aux opérations militaires du côté finlandais et l'Union Soviétique cessa les hostilités le jour suivant.
 9
SALLE 10
Les conditions d'accord de l'Armistice furent d'une part, l'expulsion des Allemands installés sur le Nord du territoire en Laponie et, d'autre part, la diminution des troupes militaires en deux mois de temps. La guerre commença réellement le 1er octobre 1944 avec le débarquement de Tornio. Les allemands détruisèrent tous les ponts pour couper la Laponie du reste du territoire et rendre la guerre difficile. Les derniers allemands quittèrent le pays le 27.4.1945. En se repliant, ils brûlèrent les constructions et minèrent les principaux axes routiers. Le déminage a duré jusqu'au début des annés 1950 mais la reconstruction, elle, a duré beaucoup plus longtemps.
Après le traité de paix, on craigna de nouveau l'occupation du pays si bien qu'on donna l'ordre à chaque 34ème district militaire du pays de dissimuler l'équipement de combat du bataillon pour servir en cas d'éventuelle guérilla (30 bataillons de guérilla, environ 34000 hommes). L'affaire fut cependant découverte et les cachettes démolies. Les auteurs de ces faits furent condamnés et emprisonnés.
 10